FAITH TO FACE

Un projet éducatif avec Kirill Petrenko & Nico and the Navigators : Il s’agit d’un projet sur l’humanité dans un environnement inhumain et la lutte pour sa propre dignité. La metteuse en scène berlinoise Nicola Hümpel veut faire ressortir ces aspects contemporains de l’œuvre avec son ensemble Nico and the Navigators et les acteurs.

L’opéra en un acte de Giacomo Puccini, Suor Angelica, raconte une histoire touchante : la protagoniste, bannie dans un couvent par sa tante au cœur dur après avoir donné naissance à un fils illégitime, se languit de son enfant. La vie au couvent est marquée par des commandements et des interdictions, que les sœurs tentent ouvertement ou secrètement de contourner. Lorsqu’Angelica apprend, lors d’une visite chez sa tante, que son fils est mort, elle ne veut plus vivre et se prépare une potion empoisonnée. Au moment de mourir, elle a une vision de la Mère de Dieu la réunissant avec son enfant.

Même si l’époque et le lieu ont peu à voir avec la réalité de nos vies aujourd’hui, le message de l’opéra est plus pertinent que jamais : il s’agit de l’humanité dans un environnement inhumain et de la lutte pour sa propre dignité. Ce sont ces aspects contemporains de l’œuvre que le metteur en scène berlinois Nicola Hümpel veut faire ressortir avec son ensemble Nico and the Navigators et les acteurs. L’objectif est de fusionner les thèmes du passé, les phénomènes sociopolitiques actuels et leur propre monde d’expérience dans une nouvelle forme de théâtre musical – proche de la vie quotidienne, associatif, stimulant, touchant, étonnant. À cela s’ajoute la musique grandiose de Puccini dans l’interprétation de Kirill Petrenko. Avec une sensibilité psychologique, le compositeur sait éclairer musicalement et retracer toutes les émotions de ses protagonistes.

Ces représentations de l’opéra Suor Angelica de Puccini réunissent également plusieurs aspects du travail éducatif dans lequel s’engagent les Berliner Philharmoniker et Kirill Petrenko : Outre la promotion de jeunes musiciens prometteurs, cela inclut notamment l’idée d’inspirer des personnes de tous âges et d’horizons très divers pour la musique classique dans le cadre de projets communs. Avec la distribution de solistes issus des académies de musique de Berlin et des boursiers de l’Académie Karajan, de jeunes musiciens exceptionnels et très talentueux ont l’occasion de travailler intensivement avec un chef d’orchestre de renommée mondiale ainsi qu’avec une équipe de directeurs expérimentés. Les chanteurs amateurs adultes de la chorale du projet ont été soumis à un processus de sélection exigeant au préalable et peuvent ainsi vivre une expérience artistique inoubliable avec les enfants et les jeunes des Vocal Heroes dans un cadre hautement professionnel.

+
Lire plus

Événements

play-button-svgrepo-comc

Revue de presse

Andre Sokolowski / Kultura extra

« Cette idée scénique de Hümpel est également ingénieuse : la grande apparition attendue de la princesse (très ingénieuse : la conception managériale de Katarina Dalayman, vocalement encore totalement intacte et habillée d’un noir discret ! ), qui commence par son trajet en limousine, filmé en direct, jusqu’au portail principal du Hans-Scharoun-Bau, se poursuit par sa promenade dans le foyer et sa montée des escaliers jusqu’à l' »entrée en scène », où elle conquiert finalement la salle pour elle-même, a du mordant et est de qualité inquiétante ! / L’opéra se termine de telle sorte que, pendant/après le final de Suor Angelica, dont l’écho et le souffle sont interminables, on ne voit que la Dalayman, qui s’est entre-temps éclipsée dans le foyer, où elle se sert du vin. »

Andre Sokolowski / Kultura extra

Aujourd'hui, Kirill Petrenko va lui aussi progressivement ennoblir le programme éducatif des Berliner Philharmoniker, initié il y a 16 ans par Sir Simon Rattle, avec "sa propre contribution" - hier soir, il y est parvenu pour la première fois de manière stupéfiante avec Suor Angelica de Puccini (sous le titre provisoire significatif "Faith to Face"). M. Kurz explique : "Ces représentations [...] réunissent également plusieurs aspects du travail éducatif dans lequel s'engagent les Berliner Philharmoniker et Kirill Petrenko : Outre la promotion de jeunes musiciens prometteurs, cela inclut notamment l'idée d'inspirer des personnes de tous âges et d'horizons les plus divers pour la musique classique dans le cadre de projets communs. Avec la distribution de solistes issus des académies de musique de Berlin et des boursiers de l'Académie Karajan, de jeunes musiciens exceptionnels et très talentueux ont l'occasion de travailler intensivement avec un chef d'orchestre de renommée mondiale ainsi qu'avec une équipe de directeurs expérimentés. Les chanteurs amateurs adultes du chœur du projet ont été préalablement soumis à un processus de sélection exigeant et peuvent ainsi rejoindre les enfants et les jeunes des Vocal Heroes dans un cadre hautement professionnel pour ce qui sera certainement une expérience artistique inoubliable". (Source : berliner-philharmoniker.de) Le podium de l'orchestre est en retrait, ce qui donne l'impression optique d'une fosse d'orchestre qui est en quelque sorte présente, comme dans l'opéra. Devant lui se trouve un meuble blanc allongé, divisé en deux parties, dans lequel - pour chacune des douze nonnes et/ou novices de cette pièce en un acte de Giovacchino Forzano, très émouvante et " dans l'esprit " très agaçante - autant de compartiments coulissants ont été perforés par le concepteur général Oliver Proske. Derrière/au-dessus de l'orchestre, un panneau LED divisé en parts égales va et vient, sur lequel les gros plans des chanteurs sont visibles simultanément (lire : en direct) en haute définition profonde et nette. Le spectacle commence par un prologue au piano, fantaisiste et en réalité sans visage, "basé sur des motifs de Giacomo Puccini", composé et joué par Matan Porat - au cours duquel les protagonistes pénètrent dans leur lieu d'action, stylisé comme un couvent ; on dirait qu'ils viennent de rejoindre l'alliance de l'église, car ils sont sur le point d'échanger leurs vêtements de leur pré-civilisation avec ceux de leur nouvelle réclusion ; les costumes ont été réalisés par Nicola Hümpel, qui a également assuré la mise en scène. Ann Toomey chante et joue le rôle-titre, et elle émerge du cercle de ses compagnes - selon Hümpel, le couvent susmentionné aurait pu être logiquement sacrifié à un refuge pour femmes charitablement organisé de nos jours - comme la plus émancipée de ses pairs ; et pas seulement parce qu'à la fin de l'acte d'opéra, elle se tient tout à fait confiante pour son suicide autodéterminé ! Et de toute façon, son soprano sonne d'une part doux et soyeux, d'autre part brutal ; le vrai mélange nécessaire pour Puccini. Ingénieuse aussi cette idée scénique de Hümpel : la grande apparition attendue de la princesse (très ingénieuse : la conception de la manageuse Katarina Dalayman, vocalement encore totalement intacte et habillée d'un noir discret ! ), qui commence par son trajet en limousine, filmé en direct, jusqu'au portail principal du Hans-Scharoun-Bau, se poursuit par sa promenade dans le foyer et sa montée des escaliers jusqu'à l'"entrée en scène", où elle conquiert finalement la salle pour elle-même, a du mordant et est de qualité inquiétante ! / L'opéra se termine de telle sorte que, pendant/après le final de Suor Angelica, dont l'écho et le souffle sont sans fin, on ne voit que Dalayman, qui s'est entre-temps éclipsée dans le foyer, où elle se sert du vin... L'orchestre, avec les boursiers de l'Académie Karajan de l'Orchestre philharmonique de Berlin, interprète la vision essentiellement calme, posée, équilibrée et donc complètement "non trépidante" des choses de Petrenko - les partenariats ne peuvent pas être plus compatibles que cela, et qui s'est réellement inspiré de qui ici ? Mon Dieu, tout était grand et beau !

Mario-Felix Vogt / Berliner Morgenpost

« La mise en scène de Nicola Hümpel était originale et pleine d’humour. Avec le scénographe Oliver Proske, elle a assuré une production contemporaine du matériel historique. Les novices dans leurs vêtements simples, choisis par Nicola Hümpel loin de tous les clichés des nonnes, ressemblaient un peu à des marginaux des temps modernes qui veulent se retrouver dans un camp spirituel loin des problèmes quotidiens, et qui pourtant s’y battent assez souvent aussi. »

Mario-Felix Vogt / Berliner Morgenpost

Avec l'opéra en un acte de Puccini "Suor Angelica", Kirill Petrenko présente son premier projet éducatif à la Philharmonie


On s'attend à une représentation d'opéra, à mi-parcours, à la Philharmonie. On attend avec impatience une belle ouverture, jouée par un orchestre, mais les choses se passent différemment : plusieurs interprètes montent sur scène dans le style du Tanztheater de Pina Bausch, en émettant des sons étranges et en se bousculant les cheveux, tandis qu'un jeune pianiste joue des mélodies de Puccini, qui, cependant, dérivent toujours vers le jazzy. Un regard sur le programme permet de clarifier les choses : Avant le véritable opéra "Suor Angelica" de Giacomo Puccini, on entend un "prologue" pour piano solo du compositeur israélien Matan Porat, qui est lui-même assis au piano. Maintenant, Kirill Petrenko entre en scène et le prélude au piano se fond dans l'ouverture de l'opéra en un acte de Puccini. Un début original pour une œuvre de théâtre musical rarement jouée. "Suor Angelica" constitue la pièce centrale lyrique du "Tritticco, qui est encadré par la tragique pièce en un acte "Il tabarro" et par le joyeux opéra "Gianni Schicchi". Le livret, quelque peu larmoyant, est de Giovacchino Forzano. "Suor Angelica" se situe dans un couvent près de Sienne à la fin du 17e siècle. Le public est confronté à la vie quotidienne des novices. Beaucoup de choses tournent autour des méfaits des religieuses, qui sont sévèrement punies par leur institutrice. 


Au début, Soeur Angelica est présentée comme l'une des nombreuses personnes, mais au cours de la pièce, elle devient de plus en plus la protagoniste. Elle vient d'une famille noble qui a été envoyée dans un couvent pour y être punie. Lorsque sa tante sans pitié lui rend visite pour obtenir d'Angelica une renonciation à l'héritage parental, Angelica apprend de sa tante que son fils illégitime, auquel elle a donné naissance avant son noviciat, est décédé. Après le départ de la tante, Angelica est en plein deuil. Elle veut seulement mourir pour retrouver son enfant et prépare une potion empoisonnée pour se suicider. Lorsqu'elle a ingéré le poison, elle prend conscience de l'acte pécheur et elle demande la miséricorde de la Mère de Dieu. Pendant ce temps, l'église commence à briller, elle s'ouvre et révèle la vue d'un troupeau d'anges. La Vierge Marie quitte l'église avec un garçon blond qui marche lentement vers l'Angélique, accompagné par le chœur des anges. Angelica meurt.


Pour les parties vocales, qui sont couvertes exclusivement par des voix féminines, on a fait appel à des chanteuses exceptionnelles de différentes nations des académies de musique de Berlin, tandis que l'orchestre était composé de boursières de l'Académie de Karajan. Le soutien vocal a été assuré par la chorale des Vokalhelden. Le résultat artistique a été tout simplement époustouflant. La soprano américaine Ann Toomey a particulièrement apprécié le rôle d'Angelica pour la gamme colorée de sa voix, tout comme la chanteuse vedette suédoise Katarina Dalayman, qui a été récompensée en tant qu'invitée d'honneur pour le rôle de la tante d'Angelica ; elle a interprété ce rôle avec une grande intensité émotionnelle et une technique remarquable. La chanteuse française Sarah Laulan a également convaincu avec son alto velouté et plein.


Les novices semblent être des marginales du temps présent


La mise en scène de Nicola Hümpel était originale et pleine d'humour. Avec le scénographe Oliver Proske, elle a assuré une production contemporaine du matériel historique. Les novices dans leur tenue simple, choisie par Nicola Hümpel loin de tous les clichés de religieuses, ressemblaient un peu aux marginales du temps présent, qui veulent se retrouver dans un camp spirituel loin des problèmes quotidiens et qui pourtant se battent assez souvent. Une particularité des actrices de ce spectacle est que chacune des 13 femmes vient d'un pays différent et que les cinq continents sont couverts. L'idée pédagogique sous-jacente est que des personnes de différentes nations et cultures devraient se réunir, échanger leurs expériences et faire de la musique ensemble. Grâce à l'utilisation d'écrans vidéo, les visages des interprètes étaient régulièrement montrés en gros plan, ce qui imposait des exigences particulières au jeu de mimétisme.


Il reste à mentionner que Petrenko et les jeunes musiciens de l'orchestre ont également fait un excellent travail. En coopération avec le chef d'orchestre russe de classe mondiale, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes sur le plan musical. Merveilleusement flottant, plein de légèreté dansante et avec beaucoup de chaleur de cœur, ils ont fait sonner la partition de Puccini. Pour les jeunes chanteurs amateurs de la chorale aussi, la collaboration avec un musicien pur-sang aussi empathique que Petrenko a dû être un moment spécial dans leur vie. La façon dont Petrenko a communiqué dans toutes les directions sur scène a montré qu'il est un chef d'orchestre d'opéra très expérimenté qui sait comment coordonner les différents acteurs d'une représentation. Les applaudissements ont été nombreux pour cela dans la Philharmonie, qui affichait complet.

Andre Sokolowski / Freitag - Kulturredaktion

« L’excellente performance attendue de la princesse (très ingénieuse : le manager Katarina Dalayman, totalement intacte sur le plan vocal et vêtue d’un noir discret, a conçu le spectacle ! ), qui commence par son trajet en limousine, filmé en direct, jusqu’au portail principal du bâtiment Hans Scharoun, se poursuit par sa promenade dans le foyer et sa montée des escaliers jusqu’à « l’entrée de la scène », où elle conquiert finalement la salle pour elle-même, a du mordant et est de qualité inquiétante ! »

Andre Sokolowski / Freitag - Kulturredaktion

Compte-rendu de la première Premier projet éducatif du Berliner Philharmoniker sous la direction de son nouveau "patron" Kirill Petrenko Kirill Petrenko va lui aussi progressivement ennoblir le programme éducatif du Berliner Philharmoniker, initié il y a 16 ans par Sir Simon Rattle, avec "sa propre contribution" - hier soir, il y est parvenu pour la première fois de manière étonnante avec Suor Angelica de Puccini (sous le titre de travail significatif "Faith to Face"). M. Kurz explique : "Ces représentations [...] réunissent également plusieurs aspects du travail éducatif dans lequel s'engagent les Berliner Philharmoniker et Kirill Petrenko : Outre la promotion de jeunes musiciens prometteurs, cela inclut notamment l'idée d'inspirer des personnes de tous âges et d'horizons les plus divers pour la musique classique dans le cadre de projets communs. Avec la distribution de solistes issus des académies de musique de Berlin et des boursiers de l'Académie Karajan, de jeunes musiciens exceptionnels et très talentueux ont l'occasion de travailler intensivement avec un chef d'orchestre de renommée mondiale ainsi qu'avec une équipe de directeurs expérimentés. Les chanteurs amateurs adultes du chœur du projet ont été préalablement soumis à un processus de sélection exigeant et peuvent ainsi rejoindre les enfants et les jeunes des Vocal Heroes dans un cadre hautement professionnel pour ce qui sera certainement une expérience artistique inoubliable". (Source : berliner-philharmoniker.de) Le podium de l'orchestre est en retrait, ce qui donne l'impression optique d'une fosse d'orchestre qui est en quelque sorte présente, comme dans l'opéra. Devant lui se trouve un meuble blanc allongé, divisé en deux parties, dans lequel - pour chacune des douze nonnes et/ou novices de cette pièce en un acte de Giovacchino Forzano, très émouvante et " dans l'esprit " très agaçante - autant de compartiments coulissants ont été perforés par le concepteur général Oliver Proske. Derrière/au-dessus de l'orchestre, un panneau LED divisé en parts égales va et vient, sur lequel les gros plans des chanteurs sont visibles simultanément (lire : en direct) en haute définition profonde et nette. Le spectacle commence par un prologue au piano, fantaisiste et en réalité sans visage, "basé sur des motifs de Giacomo Puccini", composé et joué par Matan Porat - au cours duquel les protagonistes pénètrent dans leur lieu d'action, stylisé comme un couvent ; on dirait qu'ils viennent de rejoindre l'alliance de l'église, car ils sont sur le point d'échanger leurs vêtements de leur pré-civilisation avec ceux de leur nouvelle réclusion ; les costumes ont été réalisés par Nicola Hümpel, qui a également assuré la mise en scène. Ann Toomey chante et joue le rôle-titre, et elle émerge du cercle de ses compagnes - selon Hümpel, le couvent susmentionné aurait pu être logiquement sacrifié à un refuge pour femmes charitablement organisé de nos jours - comme la plus émancipée de ses pairs ; et pas seulement parce qu'à la fin de l'acte d'opéra, elle se tient tout à fait confiante pour son suicide autodéterminé ! Et de toute façon, son soprano sonne d'une part doux et soyeux, d'autre part brutal ; le vrai mélange nécessaire pour Puccini. Ingénieuse aussi cette idée scénique de Hümpel : la grande apparition attendue de la princesse (très ingénieuse : la conception de la directrice Katarina Dalayman, vocalement encore totalement intacte et habillée d'un noir discret ! ), qui commence par son trajet en limousine, filmé en direct, jusqu'au portail principal du Hans-Scharoun-Bau, se poursuit par sa promenade dans le foyer et sa montée des escaliers jusqu'à l'"entrée en scène", où elle conquiert finalement la salle pour elle-même, a du mordant et est de qualité inquiétante ! / L'opéra se termine de telle sorte que, pendant et après le final de Suor Angelica, dont l'écho et le souffle sont sans fin, on ne voit que Dalayman, qui s'est entre-temps éclipsée dans le foyer, où elle se sert du vin... L'orchestre, avec les boursiers de l'Académie Karajan de l'Orchestre philharmonique de Berlin, interprète la vision essentiellement calme, posée, équilibrée et donc complètement "non trépidante" des choses de Petrenko - les partenariats ne peuvent pas être plus compatibles que cela, et qui s'est réellement inspiré de qui ici ? Mon Dieu, tout était grand et beau !

Udo Badelt / Opernwelt

« Dans ces portraits, la production de Hümpel atteint un haut degré de vivacité, elle est particulièrement proche de notre présent. Ceci est également soutenu par le grand écran vidéo sur lequel l’action est projetée en direct … La production semble moderne et cohérente, elle fait également appel aux jeunes membres du chœur « Vocal Heroes » de l’orchestre philharmonique. »

Udo Badelt / Opernwelt

Kirill Petrenko interprète "Suor Angelica" de Puccini à la Philharmonie de Berlin avec de jeunes chanteurs et musiciens. Au Moyen Âge, les monastères étaient les porteurs de la civilisation, les gardiens du savoir ancien, les îlots d'éducation dans une mer d'analphabétisme. Ceux qui vivaient dans un monastère n'étaient pas les plus mal lotis, ils étaient pourvus, raisonnablement en sécurité, nés dans une communauté. Même à l'époque, ça devait être loin. Avec son opéra de 1917 "Suor Angelica", il voulait honorer ce qu'il considérait comme la plus haute forme d'amour, l'amour maternel. Mais il a également créé un document obsédant sur la torpeur spirituelle qui régnait derrière les murs des couvents. L'intrigue est macabre : Angelica est forcée de devenir une nonne. Ce n'est qu'après sept ans qu'elle apprend que son enfant illégitime est mort. En désespoir de cause, elle prépare une potion empoisonnée - et a la chance que sa grand-mère la sauve de la damnation éternelle, qui l'aurait menacée de suicide. Des compulsions partout, des sentiments permanents de culpabilité, une mauvaise conscience, le repentir est toujours exigé. Ce matériel convient-il aux jeunes musiciens ? Kirill Petrenko et les Berliner Philharmoniker sont de cet avis et ont interprété l'œuvre - pour laquelle Puccini s'est inspiré de la vie de couvent de sa sœur Iginia et qui constitue en fait la section médiane de "Il Trittico" - de manière semi-scénique à la Philharmonie de Berlin début février, sous le titre "Faith to Face". Il s'agit du premier projet éducatif du nouveau chef d'orchestre principal. La réalisatrice de Nico and the Navigators, Nicola Hümpel, prend soin de souligner la pertinence de l'histoire pour aujourd'hui, en tant que récit de l'humanité dans un environnement inhumain. Plus important encore, elle rembourre fortement les rôles secondaires des autres nonnes. Le compositeur Matan Porat a écrit un prologue et s'assied lui-même au piano ; il donne à chacune des femmes (chantées par des élèves des deux académies de musique de Berlin) une minute pour présenter gestuellement son personnage sur un pont (chorégraphie : Yui Kawaquchi). C'est précisément dans ces portraits que la production de Hümpel atteint un haut degré de vivacité, se rapprochant particulièrement de notre présent. Cela est également facilité par le grand écran vidéo sur lequel l'action est projetée en direct. Les gestes de Petrenko sont d'une douceur et d'une fluidité peu communes, il obtient avec les instrumentistes de l'Académie Karajan une sonorité élancée, irisée, dynamiquement, cependant, plutôt nivelée, largement sans risque. Une bonne caisse de résonance pour le conflit central entre Angelica (Ann Toomey) et la princesse (Katarina Dalayman), qui est aussi sa tante et lui apporte, presque avec désinvolture, la terrible nouvelle de la mort de son fils. En tant que projet éducatif, "Faith to Face" est une réussite. La production est moderne et cohérente, et elle fait également appel aux rejetons du chœur "Vocal Heroes" de l'Orchestre philharmonique. Mais même ce soir-là, le livret n'est pas réécrit. Une fois encore, comme souvent dans les comédies musicales, tout tourne autour d'un terrible destin féminin. L'héroïne titre de "The Rape of Lucretia" de Benjamin Britten, un opéra que le Deutsche Symphonie-Orchester avait interprété quelques jours plus tôt à Berlin dans le cadre d'un projet similaire destiné aux jeunes musiciens, n'a guère mieux réussi. Le fait de travailler avec de jeunes musiciens et chanteurs ne signifie pas automatiquement que l'on s'occupe aussi de matériel nouveau, tourné vers l'avenir.

Udo Badelt / Tagesspiegel

« En tant que projet éducatif, ‘Faith to Face’ est un succès. La production est moderne, cohérente, elle donne aux étudiants l’occasion de se produire et inspire également les jeunes concernés, notamment les chanteurs du propre chœur Vocal Heroes du philharmonique, pour la musique classique. »

Udo Badelt / Tagesspiegel

Kirill Petrenko dirige "Suor Angelica" de Puccini dans le cadre du projet éducatif de la Philharmonie. Le livret est atroce. Une femme est contrainte d'entrer dans un couvent, où elle apprend sept ans plus tard que son enfant illégitime est mort depuis longtemps. En désespoir de cause, elle se prépare une potion empoisonnée et a la chance que la Vierge Marie la sauve au dernier moment de la damnation éternelle qui l'aurait menacée en cas de suicide - en la soulevant dans le ciel inondé de célesta. Aussi émouvante que soit la musique de l'opéra "Suor Angelica" de Giacomo Puccini, le sujet est difficile à aborder pour les gens du XXIe siècle. Cela n'empêche pas les Berliner Philharmoniker de choisir cette pièce - en fait la partie centrale du cycle "Il Trittico" de Puccini - sous le titre "Faith to Face" comme premier projet éducatif du nouveau chef principal Kirill Petrenko. Parce qu'il a encore beaucoup à nous dire aujourd'hui, dit-il, sur l'humanité dans un environnement inhumain et sur l'amour maternel. Et bien sûr, il y a encore des femmes qui se font arracher leur enfant de la poitrine. Le réalisateur de "Nico et les Navigateurs", Nicola Hümpel, fait jouer toutes les actrices sur un podium à la Philharmonie - à l'origine, l'aéroport de Tempelhof était prévu. Aujourd'hui, sa mise en scène est particulièrement impressionnante dans les seconds rôles rembourrés des sœurs restantes dans ce couvent près de Sienne. Les solistes de l'UdK et de "Hanns Eisler" les chantent de manière convaincante, en en faisant des personnages individuels : le glouton, le timide, l'exalté. Un son sans risque Le compositeur Matan Porat, qui est lui-même assis au piano, a écrit un prologue basé sur les deux premières notes de cloche de Puccini, qui donne à chaque sœur une minute pour se présenter gestuellement. Les retransmissions en direct sur grand écran rapprochent l'action du téléspectateur. Soudain, Kirill Petrenko se tient sur le podium. Ses mouvements sont extraordinairement doux et fluides, élégants et suggestifs. Il obtient des musiciens de l'Académie Karajan de la Philharmonie un son finement équilibré, mais aussi largement exempt de risques et quittant rarement la gamme dynamique moyenne. Avec son sac à main dans le foyer, Ann Toomey, la protagoniste, Angelica, ne prend pas non plus de risques. Elle chante avec une intonation sûre, mais avec un désespoir freiné qui pourrait bien être plus proéminent. On aimerait que sa voix ait un peu plus de substance dans tous les registres. Elle est assurée par l'alto mature de Katarina Dalayman qui, dans le rôle de la princesse maléfique et de la tante d'Angelica, apparaît à l'écran bien avant son apparition physique, se gare devant la Philharmonie et traverse le foyer avec son sac à main. La rencontre des deux femmes - l'une avec des valeurs de notes basses et longues, l'autre avec des tons beaucoup plus courts et plus vitaux - est le point culminant et le point focal de cette œuvre d'une heure. C'est la princesse qui a mis Angelica dans un couvent. Elle lui apporte maintenant la mauvaise nouvelle de la mort de son fils, tandis que les autres sœurs se rassemblent autour d'Angelica comme les Valkyries autour de Brünnhilde. Le fait que la tante soit consciente de sa culpabilité est révélé par le tremblement avec lequel elle sirote un apéritif au bar à la fin, de retour à l'écran. En tant que projet éducatif, "Faith to Face" est une réussite Conclusion : En tant que projet éducatif, "Faith to Face" est une réussite. La production est moderne, cohérente, elle donne aux étudiants l'occasion de se produire et inspire également les jeunes concernés, notamment les chanteurs du propre chœur Vocal Heroes de l'orchestre philharmonique, pour la musique classique. Néanmoins, la production est aussi affirmative, car elle ne peut critiquer la vie monastique avec toutes ses contraintes, ses sentiments permanents de culpabilité et de mauvaise conscience sans la dénoncer en même temps. Comment devons-nous faire face aux nombreux matériaux insupportables de l'opéra, qui se terminent si souvent par le sacrifice et la mort d'une femme, si nous voulons encore écouter cette musique : Cela reste un problème que même ce soir ne peut résoudre.

Andrew McCathie / dpa
Andrew McCathie / dpa

Le nouveau chef principal de l'Orchestre philharmonique de Berlin, Kirill Petrenko, s'est une nouvelle fois fait un nom sur la scène musicale de la ville en interprétant l'opéra pour femmes peu connu de Puccini, "Suor Angelica", qui a séduit le public et la critique.


Berlin (dpa) - Le nouveau chef principal de l'Orchestre philharmonique de Berlin, Kirill Petrenko, a choisi un opéra rarement joué qui se déroule dans l'Italie de la fin du XVIIe siècle pour son premier projet d'opéra dans le cadre du programme éducatif de l'orchestre. Plus de 100 ans après la première de "Suor Angelica" de Giacomo Puccini, cet opéra reste remarquablement pertinent aujourd'hui. La première mondiale de samedi soir a été accueillie avec enthousiasme par les critiques et le public. "Mon Dieu, tout était grand et beau", a écrit l'hebdomadaire allemand Der Freitag. L'opéra aborde non seulement le rôle des femmes dans la société, mais met également en lumière les souffrances causées par le déplacement, la séparation et la fuite de la guerre et les catastrophes naturelles telles que le réchauffement climatique. "Fondamentalement, la première question pour moi était : comment puis-je mettre cet opéra dans l'ici et maintenant ? Qu'est-ce que cela a à voir avec nous maintenant ? a déclaré Nicola Hümpel, qui a dirigé la production de l'opéra samedi à la Philharmonie de Berlin. Composé en 1917, "Suor Angelica" est l'un des trois opéras en un acte de Puccini et a été créé en décembre 1918, six ans seulement avant sa mort à l'âge de 65 ans. S'adressant à la salle de concert numérique du Philharmonique, une plateforme en ligne qui diffuse également gratuitement en direct la représentation de "Suor Angelica", M. Petrenko a décrit l'opéra comme "très réaliste". Il raconte l'histoire d'une jeune femme envoyée au couvent sept ans plus tôt par sa famille pour la punir d'avoir eu un enfant hors mariage. Les héroïnes dominent certains des opéras les plus célèbres de Puccini, notamment "La Bohème", "Madame Butterfly", "Tosca" et "Turandot". Mais dans "Suor Angelica", le grand compositeur d'opéra italien a écrit une pièce dans laquelle les femmes constituent la totalité de la distribution, ce qui, selon Mme Hümpel, directrice de théâtre et d'opéra allemande, est inhabituel pour un opéra. Mme Hümpel voit des similitudes entre cette histoire d'une mère séparée de son enfant illégitime et le sort des personnes qui luttent pour leur dignité à l'époque moderne. "Dans le monde entier, des mères sont séparées de leurs enfants parce qu'elles fuient la violence ou la guerre", explique Hümpel, qui est également responsable des costumes de l'opéra. "Nous avons déplacé le cadre de l'opéra [du décor d'un couvent] vers un lieu spirituel d'aujourd'hui, où les femmes se réunissent pour traiter les traumatismes, faire des exercices de méditation ou simplement optimiser leur vie", a-t-elle déclaré. La représentation de l'opéra s'inscrivait dans le cadre du programme éducatif de l'orchestre philharmonique de Berlin, qui vise à rendre le travail et la musique de l'orchestre accessibles au plus grand nombre. L'équipe de "Suor Angelica" était composée de 14 nations. M. Petrenko, d'origine russe, qui a dirigé la représentation avec sa verve habituelle - un membre du Philharmonique l'a décrit comme ayant l'énergie d'un maître du kung-fu - a déclaré que l'opéra était "quelque chose d'unique". Elle a été interprétée par de jeunes chanteurs des écoles de musique de Berlin, ainsi que par le chœur du programme choral Vocal Heroes, et en collaboration avec le groupe de théâtre musical berlinois Nico and the Navigators. L'ensemble international de chanteurs et de musiciens qui interprète l'opéra a pour la plupart moins de 30 ans - et dans certains cas beaucoup plus jeunes. La grande soprano suédoise Katarina Dalayman, 57 ans, joue le seul rôle adulte de l'opéra. Mais une grande partie de la soirée a appartenu à la soprano américaine Ann Toomey, qui a chanté le rôle d'Angelica. La "Suor Angelica" de Petrenko est poignante - la quête de la dignité de chacun dans ce monde toxique ! Quel beau et douloureux triomphe !" a tweeté le compositeur et chef de chœur américain Emerson Eads. S'adressant à Digital Concert, M. Petrenko a déclaré qu'il pensait que le jeune âge des chanteurs avait contribué à créer un son "très authentique" qui évoquait le sentiment de jeunes nonnes comme des âmes perdues dans un couvent. Il a également rendu hommage à l'orchestre de l'opéra, qui était composé de jeunes musiciens de l'Académie Karajan. Il a été fondé il y a 40 ans par le légendaire chef d'orchestre de l'orchestre philharmonique de Berlin, Herbert von Karajan, pour que les membres de l'orchestre puissent enseigner aux jeunes musiciens. "Ces jeunes musiciens absorbent tout", a déclaré M. Petrenko, qui a entamé sa première saison en tant que chef d'orchestre principal du Philharmonique de Berlin en août dernier. Ils ont joué, a-t-il dit, "avec du feu dans les yeux".

Hans Ackermann / rbb24.de
Hans Ackermann / rbb24.de

Sœur Osmina tient une robe vide dans ses mains. Tristement, la danseuse et chorégraphe Yui Kawaguchi porte le morceau de tissu sur la scène - une image simple et en même temps immensément puissante de la mort. Car Sœur Angelica vient de mettre fin à ses jours. Elle avait auparavant appris de sa tante, la princesse, que son jeune fils était mort. À cause de ce "faux pas" illégitime, Angelica avait été désavouée il y a sept ans et placée dans un couvent. Son seul souhait de revoir son petit garçon n'a jamais été réalisé. Après l'air d'adieu "Senza mamma", d'une grande tristesse, dans lequel Angelica déplore que son fils soit mort "sans mère", elle décide de le retrouver dans la mort, avec l'aide de la Vierge Marie. Meilleure distribution, voix de jeunes femmes authentiques La chanteuse Ann Toomey incarne musicalement "Suor Angelica" avec une grande puissance vocale. Dans la performance chorégraphique et scénique de Yui Kawaguchi, la dimension moderne de cette figure féminine apparaît également clairement. Les autres parties et rôles sont sans exception également bien distribués. Des femmes partout - comment pourrait-il en être autrement dans un couvent. De jeunes voix féminines authentiques, qui ne doivent pas nécessairement être pleinement développées - Kirill Petrenko s'en réjouissait avant la représentation et a décrit "Suor Angelica" comme une pièce idéale pour le projet éducatif. Bien entendu, les jeunes musiciens d'orchestre de l'Académie Karajan, le programme de soutien aux futurs musiciens du Philharmonique, ont également pu y apprendre beaucoup. Avec eux et les chanteurs, Petrenko crée un Puccini très lyrique, dépeignant les émotions dans des sons orchestraux transparents et sans mièvrerie. Quelle chance cela a dû être pour les jeunes participants à l'éducation, venus de 13 pays différents, de travailler avec l'un des meilleurs chefs d'orchestre d'opéra et de profiter de sa connaissance du théâtre musical moderne. "Le metteur en scène Nicola Hümpel définit ensuite de nouvelles façons de voir pour le public dans cette soirée d'opéra : les chanteurs se tournent toujours de côté pendant qu'ils chantent, regardant dans des caméras situées à gauche ou à droite de la scène. Les arias ainsi filmées apparaissent en gros plan derrière les chanteurs sur un écran vidéo. Le très grand écran au milieu du podium domine cependant la performance après un court moment. Car les images très nettes des caméras absorbent presque toute l'attention par leur intensité. En tant que spectateur, il faut sans cesse s'arracher au grand écran cinématographique pour ne pas perdre de vue la véritable action sur scène. De courtes "pauses" entre les écrans feraient du bien à la production moderne, afin que l'effet visuel se dissipe au bout d'un moment. Entrée d'une grande dame de l'opéra L'expérience de l'écran moderne avec ses deux niveaux visuels offre cependant à la fin des vues complètement nouvelles : La princesse - le seul rôle de la pièce interprété par une chanteuse expérimentée en la personne de la mezzo-soprano suédoise Katarina Dalayman - quitte la scène après la mort de sa nièce. Normalement, cela devrait la faire disparaître du champ de vision du public. Mais ici, on peut continuer à la voir sur grand écran, dehors, dans le foyer de la Philharmonie, toute seule avec ses peines et une boisson qu'elle prend comme un médicament amer. Une grande représentation d'une grande dame de l'opéra, retransmise en direct dans la salle - tandis que sur scène les nonnes se transforment lentement mais sûrement en jeunes femmes modernes.

Ursula Wiegand / Online Merker

« Une idée impressionnante de la part de la directrice berlinoise Nicola Hümpel, par ailleurs agréablement réservée, et de son ensemble Nico and the Navigators. Petrenko, lui aussi, se retient pendant les applaudissements finaux en faveur des jeunes artistes, mais rayonne à juste titre sur tout son visage. »

Ursula Wiegand / Online Merker

"Une étoile est née", telle a été mon impression après la représentation du drame "Suor Angelica" de Giacomo Puccini dans le cadre du programme éducatif des Berliner Philharmoniker. Pour la première fois, leur chef Kirill Petrenko dirige un opéra à Berlin, mais avec rien d'autre que des jeunes gens très talentueux. Ce sont les boursiers de l'Académie Karajan de la Philharmonie de Berlin, qui jouent de leurs instruments avec verve et presque comme des professionnels. Le chœur du programme choral Vokalhelden fait également du bon travail. L'expression "héros populaires" a pour but de faire tomber les inhibitions et d'encourager les jeunes à rejoindre la chorale. Le plus grand étonnement, cependant, est causé par les 13 chanteuses, solistes vocales et étudiantes des académies de musique de Berlin. Ils chantent et jouent les sœurs de ce couvent marial. Chantant en italien d'après Puccini, ils créent leurs rôles avec tempérament, joie de jouer et voix déjà bien développées. Les nouveaux arrivants au couvent enlèvent d'abord leurs vêtements colorés, se glissent dans la tenue blanche du couvent, puis s'assoient avec ceux qui vivent au couvent depuis un certain temps sur un long banc en face de Petrenko et des instrumentistes, mais directement en face du public. Sur un grand écran, on peut aussi les voir de face, qu'ils fassent des grimaces de colère ou qu'ils chantent leur rôle. Oliver Proske a développé le concept scénique et cette technologie vidéo, qui, dans son existence permanente, semble parfois quelque peu dérangeante et détourne l'attention de la musique de Puccini. La façon dont elle est chantée, en revanche, peut être observée de près. De plus, comme tout est enregistré directement, il apparaît que les jeunes chanteurs n'ont manifestement pas le trac. Lorsqu'ils sont punis pour leurs péchés mineurs, certains, comme on peut le constater, se tordent le visage, mais dans l'ensemble, ils semblent tous relativement satisfaits de cette réclusion. Même Ann Toomey dans le rôle de la vraie Sœur Angélique (maintenant écrit en allemand). Elle ne porte qu'un seul aiguillon dans son cœur : depuis sept ans, elle n'a jamais reçu de nouvelles de sa riche famille qui, après qu'elle a donné naissance à un fils illégitime, l'a placée dans un couvent pour expier sa " faute ". Elle n'a jamais revu son fils en bas âge. Mais sa tante princière vient enfin lui rendre visite, la soprano Katarina Dalayman, qui chante également des parties mezzo. Mais seulement avec un document qui est censé régler la redistribution de la succession, puisque la sœur d'Angelica se marie. Mme Dalayman la dépeint comme une personne au cœur pétrifié qui, lorsqu'Angelica lui demande des nouvelles de son enfant, annonce impitoyablement qu'elle est morte il y a deux ans. Un monde est en train de s'écrouler pour Sœur Angelica, et la façon dont Ann Toomey le chante va droit au cœur. Son soprano puissant, propre à l'intonation et sonore, qui après des passages lyriques exprime maintenant de manière dramatique tout son désespoir, inonde la Philharmonie, grande et très bien remplie. Pourtant, malgré une angoisse crédible, sa voix ne devient jamais stridente, même dans les aigus. Son désespoir intensément chanté fait monter les larmes aux yeux de certains auditeurs. Elle déchire en morceaux l'acte notarié apporté par sa tante et en fait une figurine de bébé qu'elle met sur son bras. Elle n'a jamais pu tenir son propre fils dans ses bras, maintenant elle veut le rejoindre au paradis. Elle boit un désherbant et se souvient trop tard que l'enfer est certain pour un suicide catholique. Un nouvel élan de désespoir l'envahit et, une fois encore, elle implore l'aide de Mère Marie et livre une performance vocale saisissante. "Une étoile est née", c'est mon impression, vraisemblablement partagée ensuite par le public qui l'acclame. Pendant sa chanson d'adieu, et même après, deux sœurs fabriquent de bruyantes petites tombes avec ses anciens vêtements pour d'autres bébés en papier. Il semble qu'il y en ait beaucoup en secret. Une idée impressionnante de la part de la directrice berlinoise Nicola Hümpel, par ailleurs agréablement discrète, avec son ensemble Nico and the Navigators. Petrenko, lui aussi, se retient pendant les applaudissements finaux en faveur des jeunes artistes, mais rayonne à juste titre sur tout son visage. Voici toutes les sœurs dans leur rôle : Ann Toomey soprano (Suor Angelica) ; Katarina Dalayman soprano (La zia principessa), Daniela Vega mezzo-soprano (La badessa), Fleur Barron mezzo-soprano (La suora zelatrice), Sarah Laulan alto (La maestra delle novizie), Aurora Marthens soprano (Suor Genovieffa), Qing Wang soprano (Suor Dolcina), Aphrodite Patoulidou soprano (La suora infirmiera), Alessia Schumacher soprano (1. Almosensucherin), Ekaterina Bazhanova mezzo-soprano (2ème Almosensucherin et 2ème sœur laïque), Yeo-Jung Ha soprano (1ère sœur laïque), Bernadeta Astari soprano (1ère novice), complétés par la spectaculaire danseuse agile Yui Kawaguchi (Suor Osmina).

Karin Coper / O-Ton

« Nicola Hümpel, directrice de la célèbre troupe de spectacle Nico and the Navigators, qui vient de remporter un énorme succès à Hanovre avec le Barbiere di Siviglia de Rossini, actualise discrètement Suor Angelica et y inclut le sort des enfants menacés par la guerre et la faim … Grands applaudissements dans la Philharmonie comble après une représentation pédagogique mémorable. »

Karin Coper / O-Ton

Le programme éducatif du Berliner Philharmoniker s'est donné pour mission d'éveiller le plaisir de la musique classique à travers toutes les générations et toutes les classes sociales. Les moyens de cette forme d'éducation musicale sont nombreux et variés : il y a les concerts pour enfants et jeunes, les ateliers, les projets avec des personnes marginalisées - cette saison, il s'agit des prisonniers - et il y a les héros vocaux : Chœurs amateurs de tous âges participant à des événements professionnels. Et les forces motrices sont toujours des talents musicaux de premier plan, en premier lieu Sir Simon Rattle, qui a lancé le programme avec fureur il y a près de 20 ans avec le spectacle de danse Le Sacre du printemps et a récemment dirigé des opéras modernes adaptés au concept. Son successeur Kirill Petrenko poursuit cet engagement. Pour ses débuts, le nouveau chef de l'Orchestre philharmonique choisit Suor Angelica, la pièce centrale lyrique du Trittico en trois parties de Giacomo Puccini, qu'il a déjà dirigé dans son intégralité à Munich. La tragédie d'une jeune femme qui, après la naissance de son fils illégitime, est bannie par sa famille dans un couvent, où elle apprend sa mort par sa tante et cherche ensuite sa propre mort, est inhabituelle en termes de matériel pour un programme éducatif. Mais l'intemporalité du thème mère-enfant a peut-être été déterminante pour ce choix, d'autant plus que ce court opéra offre de nombreux petits rôles pour de jeunes artistes féminines. Nicola Hümpel, directrice de la célèbre troupe de théâtre Nico and the Navigators, qui vient de remporter un énorme succès à Hanovre avec le Barbiere di Siviglia de Rossini, actualise discrètement Suor Angelica et y inclut le sort des enfants menacés par la guerre et la faim - avec notamment un appel aux dons pour un projet d'aide aux enfants de la guerre au Congo, imprimé dans le livret du programme. Les nonnes sont une communauté d'outsiders. Dans un prologue pour piano ajouté de motifs Puccini, ils se présentent un par un. Vient ensuite l'opéra, dans lequel Hümpel visualise la vie confinée du couvent au moyen de mouvements synchronisés, d'actions rituelles et d'esquisses de danse. En outre, les visages sont montrés en gros plan sur un écran - une caractéristique des Navigateurs et de leur scénographe Oliver Proske. Faith to Face, tel est, après tout, le sous-titre. L'apparition et le départ de la tante sont aussi initialement vus sur la vidéo. Elle sort d'un taxi et déambule dans le hall de la Philharmonie jusqu'à ce qu'elle entre enfin sur scène. Plus tard, après son duo tendu avec Angelica, elle se soûlera dans le bar. Mais au fond, tant d'actionnisme scénique n'est pas nécessaire. Parce que cela distrait de la musique et pourtant on veut absorber chaque battement intensément. Parce que sous les mains de Kirill Petrenko, la partition de Puccini devient l'attraction principale. Ne serait-ce que parce que le chef d'orchestre le célèbre avec tant de dévotion. La façon dont il laisse la musique s'écouler de manière organique, faisant ressortir les gradations dynamiques et les timbres les plus fins : Cela fait de la performance un événement. Il va sans dire que les boursiers de l'Académie Karajan suivent avec la plus grande attention les indications de Petrenko et les traduisent en un son magique. L'Angelica d'Ann Tomey, après un début discret, atteint une intensité vocale et théâtrale poignante, couronnée par de lumineux do aigus. Katarina Dalayman dégage une autorité majestueuse dans le rôle de la Tante et impressionne par la profondeur de son contralto. Les nonnes sont chantées par des jeunes talents, dont certains sont encore étudiants. L'Abbesse de Daniela Vega est représentative du haut niveau vocal des solistes. Et les héroïnes vocales se distinguent également par une homogénéité absolue. Grande jubilation dans la Philharmonie comble après un spectacle éducatif mémorable.

<< Retour au sommaire des projets

Date Notification

Les billets pour cette date ne sont pas encore disponibles. Laissez votre adresse postale pour être averti lorsque des billets sont disponibles.

Unbenannt-2