Eggs on Earth

En une série d’intrigues absurdes et terrifiantes, un tableau du monde du travail. Sans complaisance et avec une bonne dose d’humour, les sept personnages d’Eggs on Earth incarnent autant d’archétypes universels, du patron à l’employé. Et de passer en revue les multiples variantes de la lutte pour la survie au travail.

María Aldea / El Observador

En une série d’intrigues absurdes autant que terrifiantes, Eggs on Earth brosse un tableau sans complaisance du monde du travail, dans l’univers multifonctionnel, froid et bleuté, d’une entreprise. Avec une bonne dose d’humour, les sept personnages, qui incarnent autant d’archétypes universels, du patron à l’employé, passent en revue les multiples variantes de la lutte pour la survie au travail – entre insubordination, brimades, petits arrangements, humiliations et multiples contorsions.

 

Avec un seul objectif récurrent en ligne de mire: « Vraiment, j’aimerais bien parler à Monsieur Fock maintenant ! « 

ENTRE DEUX CHAISES

Comment l’image du travail change-t-elle à une époque où l’on ne voit plus le monde mais seulement son atlas ? Où commence l’aliénation des choses quand l’argent est devenu la véritable marchandise ? Et comment supporte-t-on l’humiliation lorsque, au lieu de la conversation tant attendue et fermement convenue avec l’énigmatique M. Fock, on n’entend que des ajournements en attente ? Dans la deuxième partie des « Images Humaines », Nico et les Navigators s’interrogent sur les perturbations dans le monde du travail moderne, où les carrières semblent aussi fragiles et vulnérables que les biographies qui les sous-tendent. À travers des récits de vie comme « Peter de Dessau » et « Hanno de Hanovre », ils esquissent des portraits mélancoliques de la « génération stage », qui, dans le kiosque multifonctionnel de Proske, sont constamment fragmentés visuellement en corps supérieurs et inférieurs. Le mobilier de la production se compose presque exclusivement de chaises qui manquent de leurs pieds arrière, elles ne peuvent donc pas tenir debout par elles-mêmes, même si elles pourraient facilement être combinées en bancs et tables. Avec cet accessoire éloquent, les Navigators sont non seulement assis à, mais littéralement au-dessus de l’abîme. Ils affichent le sourire stoïque des vendeurs ou construisent et relâchent la pression de réussir à travers des tics nerveux et des boucles absurdes. Au tournant du millénaire, Nicola Hümpel démontre avec son ensemble les transgressions physiques auxquelles conduit la dépendance dans une société où les feuilles de papier peuvent claquer comme des coups de fouet et les machines ont pris le dessus – et où un homme nu est interrogé sur ses compétences particulières lors d’un entretien d’embauche, tandis que sur son ventre, en grandes lettres, son véritable désir est tatoué : « Quand deviendrai-je père ? » C’est Patric Schott, ce Navigateur qui façonne encore aujourd’hui le visage de l’ensemble.

« Œufs sur Terre » offre à Nico et aux Navigators leur percée internationale ; en plus des organisateurs allemands, ils sont désormais également invités par des festivals et des scènes aux Pays-Bas, en France, en Italie, en Espagne, en Belgique, en Hongrie et en Serbie.

ANDREAS HILLGER

 

+
Lire plus

Événements

play-button-svgrepo-comc

Revue de presse

Silvia Stammen / Süddeutsche Zeitung
Silvia Stammen / Süddeutsche Zeitung
Juan Maria Rodriguez / El Mundo
Juan Maria Rodriguez / El Mundo
ABC
ABC
A. M. Granada / Vivircultura
A. M. Granada / Vivircultura
Andreas Hillger / Mitteldeutsche Zeitung
Andreas Hillger / Mitteldeutsche Zeitung
Petra Castell / NDR Radio
Petra Castell / NDR Radio
Lorenz Tomerius / Märkische Oderzeitung
Lorenz Tomerius / Märkische Oderzeitung
Julio Martínez Velasco / ABC
Julio Martínez Velasco / ABC
Gabriella Lorenz / Abendzeitung
Gabriella Lorenz / Abendzeitung
Jean-Louis Perrier / Le Monde
Jean-Louis Perrier / Le Monde

L’acidulé, en confiserie, se balade entre acide et sucré, titille le bout de la langue et finit en bouche sous la forme d’une gemme polie, coupante comme le verre. Les jeunes Berlinois de Nico and the Navigators pratiquent un théâtre acidulé. Leurs personnages coloriés au feutre font dissoudre le sucre d’une bonne volonté démesurée dans les notes acides d’une vie quotidienne désespérée, pour en tirer de précieux petits cailloux. Dans Eggs on Earth (littéralement : « Des œufs sur terre »), les navigateurs de Nico pourraient être les cadres ou employés de quelque multinationale. Leur boss, l’inaccessible Fock (hésitation entre l’injurieux fuck et l’inquiétant doc), est là-haut, affairé à gratter le ciel des affaires. Avant d’entrer en scène, ils donnent une première leçon de savoir-vivre en entreprise, forme de prière dansée consistant en une ironique séance de cirage de baskets. En Allemagne, la danse des œufs (eiertanz) est celle de l’indécision. Les cinq garçons et deux filles en scène bégaient un délicieux français lorsqu’ils ne se taisent pas, et réservent leurs hurlements au toit-terrasse de leur bureau. Parfois (hors scène), ils éclatent d’un rire dément, intarissable. Ils sont spécialistes des situations en suspens. Celui-là, perché sur le toit, voudrait s’envoler : sautera, sautera pas ? Assis au-dessus du vide, il reste mystérieusement en équilibre. Pour tenir, dignement, ils se font aussi raides que leurs cravates ou leurs coiffures. Nicola Hümpel (conception, mise en scène et costume) et Oliver Proske (scénographie) sont de lointains neveux de Pin Bausch (la condition), de Kraftwerk (le désespoir) et de Charles Schulz (la situation) Ils se drapent dans la musique comme dans un décor et chorégraphient leurs drôles de petites phrases distribuées surgelées : « Il est trop tard pour commencer tôt » (sucré) ; « Au fond de mon cœur j’accepte la variété de la vie » (acide) ; « Je veux monter au top » (sucré) ; « La technique s’apprend, le talent, on l’a ou on ne l’a pas » (acide). Ils peuvent se moquer, puisqu’ils ont les deux.

Ruhr Nachrichten
Ruhr Nachrichten
Andreas Hillger / Die Deutsche Bühne
Andreas Hillger / Die Deutsche Bühne
Andreas Wilink / Westdeutsche Zeitung
Andreas Wilink / Westdeutsche Zeitung
Ina Henrichs / Mitteldeutsche Zeitung
Ina Henrichs / Mitteldeutsche Zeitung
Mh / Die Welt
Mh / Die Welt
Kathrin Tiedemann / Tip
Kathrin Tiedemann / Tip
Esther Slevogt / TAZ
Esther Slevogt / TAZ
Prinz
Prinz
Irene Bazinger / Frankfurter Allgemeine Zeitung
Irene Bazinger / Frankfurter Allgemeine Zeitung
Volkmar Draeger / Berliner Morgenpost
Volkmar Draeger / Berliner Morgenpost
Ulrich Seidler / Berliner Zeitung
Ulrich Seidler / Berliner Zeitung
Christine Wahl / Der Tagesspiegel
Christine Wahl / Der Tagesspiegel
Sandra Luzina / Der Tagesspiegel
Sandra Luzina / Der Tagesspiegel
Javier Mije / Diario de Sevilla
Javier Mije / Diario de Sevilla

Une production de NICO AND THE NAVIGATORS et des Sophiensaele. Avec le soutien du Land de Berlin, de la Fondation Kulturfonds et du Fonds Darstellende Künste. En coopération avec la Fondation du Bauhaus Dessau.

<< Retour au sommaire des projets

Date Notification

Les billets pour cette date ne sont pas encore disponibles. Laissez votre adresse postale pour être averti lorsque des billets sont disponibles.

Unbenannt-2